VERS LES PAGES DES ANNEES :
2011-12  2013  2014  2015

Mes nuits noires © avex 2014
Mes observatoires préférés
Lisez l'article :
Carnet de voyage dans les étoiles - Portrait de Michel par Carine Souplet

© Aquarellia 2015 - webmaster

Dernières publications

                  A commander chez magazine.astrosurf.com

Lovejoy à la Blaque

Suite de nos aventures cométaires.

Ce 23 janvier, nous étions 14 au rendez-vous donné par Caroline et Jean-Luc aux observatoires de La Blaque. Jean-Luc dispose d’un lieu déjà mythique dans le Haut-Var : outre l’organisation de la fête de l’astronomie organisée tous les ans, fin août (notez déjà les 22 et 23 août 2015), il a installé des abris sur rails qui protègent de bien bons instruments.
Il y avait de tout sur le plateau d’observation, des Dobson 400 et 450, et beaucoup de télescopes et lunettes dédiés à l’astrophotographie. Un Ritchey-Chrétien de 500 semble être le patriarche de cette parade.
Mais revenons à Lovejoy. J’avais demandé à Jean-Luc de me réserver sa « céleste bino » avec laquelle j’avais déjà pu observer et croquer trois belles comètes en une seule nuit. Il s’agit d’un double réfracteur de marque Borg, deux lunettes apo (ED89 à f6.7) installées cette nuit en parallèle avec deux oculaires Télévue de 25mm. Même si je ne suis pas un inconditionnel des bino’s j’avoue que le confort de vue aide lors des longues séances de dessin.

C2014-Q2 Lovejoy

Encore un bon moment d’observation et de convivialité sur le site de La Blaque !

Lovejoy pour Charlie

Durant l’affaire « Charlie Hebdo » il fallait garder le crayon à la main, pour prouver d’une part que la vie continue, qu’elle est belle et d’autre part que les ignares ne peuvent pas gagner face à l’intelligence, jamais. Aujourd’hui la pauvreté d’esprit associée à la violence n’ont plus droit au chapitre dans les pays civilisés.


Notre expédition Lovejoy.

Une fourchette de bons amis astronomes me propose de venir profiter du ciel bien noir de la région. Rendez-vous est pris pour le 8 janvier en début de soirée. Le 7 janvier 2015 j’ai trouvé un terrain propice à l’observation de cette jolie comète pour un méridien sans trop d’arbres. Près du petit village de Saint Laurent, une plateforme surplombe le versant nord du lac d’Artignosc sur le Verdon, je ferai quelques croquis et photos d’ambiance qui me serviront pour l’aquarelle du lendemain.

Lovejoy

La photo du ciel prise le 7 (Pentax K50 f 3,5 - 3sec 25600ISO 18mm ) montre la comète sous forme d’une grosse étoile verte de magnitude équivalente à Pi ORI soit +/- 4. Mais je ne suis pas là pour faire de la photo, elle me permettra simplement de poser les étoiles sur le fond du ciel lors de ma prochaine aquarelle. Une photo de mon Dobson pointant vers la comète sera également utile.

Le soir du 8 tout le monde est sur place, mes amis Vincent, Antoine, Yvan et Jean-Bernard, ont fait le déplacement de Brignoles, de La Garde, de Forcalqueiret et de Salon. Il fait froid, le vent et les nouvelles en provenance de Paris nous font frissonner.

La comète est bien visible à l’oeil nu, même en vision directe. Lors de la nuit précédente, un départ de queue était à peine perceptible dans mon Dobson 12 pouces à f 5. Aujourd’hui, nous sommes trois à avoir perçu une double queue, une première partie très courte est accrochée à la chevelure alors qu’une autre, une sorte de filament se répand plus loin.
Il était extrêmement difficile d’apercevoir cette queue ténue face à cette énorme boule de lumière qu’est la coma de la comète Lovejoy.
Grâce à un jeu de filtres de 2 pouces apporté par Vincent, (CLS, OIII, UHC) nous sommes arrivés à voir autre chose que la coma. C’est particulièrement grâce au filtre CLS que nous avons pu deviner un semblant de filament à peine plus clair que le fond du ciel. Il fallait faire sortir la coma éblouissante du champ de l’oculaire pour pouvoir discerner le faible gradient de contraste entre le noir du ciel et les fines volutes de la queue.

Lovejoy

Nous sommes ici à la frontière des possibilités de l’œil. Le Dobson utilisé est toujours ce 12 pouces à f/d 5 et des oculaires 2 pouces de 24mm Meade à 38mm Omégon en UWA.
Outre le Dobson de 300mm, nous avions déployé des lunettes de 80mm et de 150mm ainsi que des paires de jumelles de qualité : Echo et Swarovski.

Lovejoy

L’aquarelle représente le groupe rassemblé pour cette expédition Lovejoy après deux heures de dense observation. L’aquarelle reprend les vues du ciel de la veille, celle du Dobson et les portraits pris –au flash- par l’appareil de Vincent.

Observer, c’est aussi se réunir pour une même vibration, un même engouement, et cette nuit là c’était … on était… il y avait … quelque chose de fort dans l’air !

Le 18 janvier 2015, ce croquis a été choisi par :  Astronomy Sketch Of the Day

Conjonction Vénus-Mercure

Ce 10 janvier les deux planètes intérieures du système solaire sont au plus près.
A droite de mon aquarelle une jolie Quadrantide a fait des étincelles.

Conjonction Mercure Venus

Conjonction Mercure Venus

Les deux planètes tiennent facilement dans le champ de ma lunette

Les Quadrantides

En ce tout début 2015, l’essaim des Quadrantides était bien visible juste avant l’aube. C’était le 4 janvier. Le nom de « Quadrantides » provient du nom d’une constellation aujourd’hui disparue, celle du Quadrant, en souvenir d’un ancien instrument de mesure astronomique. Le radiant se trouve dans le Bouvier, entre Grande Ourse, Couronne Boréale, Hercule et Dragon.

Glissez la souris sur l'image de droite pour voir les légendes et cliquez sur l'animation de gauche pour zoomer.

 

Sur l'animation on voit le jour qui se lève.
Les quelques minutes qui séparaient le coucher de la Lune et le levé de l’aube, m’ont permis de repérer 6 ou 7 quadrantides. L’une, proche de Spica est sujette à caution, c’est peut-être une sporadique.
C’est le troisième essaim régulier le plus actif de l’année. Il est également le dernier de la série des essaims connus avant l’été.
Les météores observés étaient relativement lumineux. Le taux horaire zénithal observé voisine les 50 météores. La période d’observation étant faible, à peine une demi heure, la mesure est peu précise.

Vénus, Mercure et devant la Terre et la colline du Grand Blé

Bonne année 2015!

Conjonction Mercure Venus

J'ai bien aimé le tout premier soir de l'année cette vue pure des deux planètes intérieures se couchant derrière la montagne fétiche de la région Varages-Artignosc : Le Grand Blé. Je n'y vois pas d'épi, pour moi cette colline ressemble plus à ces baleines que nous avions si souvent croisées durant notre voyage.
Je fixe par la peinture la pureté de ce ciel sans frimas nuageux ni pollution, pas un nuage, pas une lampe. Juste trois planètes.

Cliquez sur VIDEOS ci-dessus pour lancer l'animation de l'événement.

La colombe et la comète

Le passage au méridien au raz de l’horizon d’une constellation m’a toujours fasciné. Pouvoir y observer des astres du Sud à partir de l’hémisphère Nord me parait quelque peu irréel.
Pourtant c’est relativement facile, il suffit d’avoir un horizon bien dégagé sans trop de pollution, atmosphérique ou lumineuse. De ma terrasse orientée du Sud-Est à l’Ouest, les ingrédients sont réunis.
Artignosc est un tout petit village perché du Verdon, son éclairage est suffisamment discret et l’air y est encore bien pur, il n’y a aucun halo autour des luminaires. Ici les étoiles touchent l’horizon. Chaque nuit, depuis la mi-décembre autour de minuit, je guette la constellation de la Colombe. Attirante, c’est elle qui semble nous observer.

Habitant depuis peu un colombier, je me devais d’immortaliser « Sa » constellation.
Dans les atlas, l’image de la colombe ne vole pas toujours dans la même direction, c’est un véritable pigeon voyageur cosmique. J’en ai profité pour orienter selon ma fantaisie l’image de l’oiseau, de toute façon il faut de l’imagination pour discerner un quelconque volatil grâce aux frêles étoiles repères. Seules Alpha COL, Phakt (m=2,65) et Beta COL, Wazn (m=3,10) ont un nom. Pourtant une petite étoile Mu COL (m=5,18) se distingue, il s’agit d’une des trois étoiles dites « évadées », elle se déplace extrêmement vite dans notre Galaxie, (+/- 100 km/s). Les deux autres sont AE AUR et 53 ARI, toutes proviennent de M42 d’où il y a 3 millions d’années une explosion dantesque les a propulsées dans l’espace. Nous retrouvons ici encore cette notion de voyageur…

Cette constellation contient une autre curiosité: un nuage obscur interstellaire, qui voyage aussi. Selon une théorie encore sujette à caution, ce nuage aurait à l’époque de notre ère glaciaire, traversé le système solaire.

En ce début d’hiver 2014-2015 un autre type de voyageur est apparu dans notre constellation, une voyageuse.
Le 25 décembre à minuit, la comète C/2014 Q2 (Lovejoy) est déjà visible à l’œil nu en vision indirecte. Avec une paire de jumelles il n’y a aucun doute et avec mon matériel plus « astronomique », le spectacle est magnifique.
Dans l’aquarelle du paysage, j’ai esquissé la comète au bout de la branche d’olivier tenu par son bec par notre colombe.

Faites glisser la souris sur l'image pour en voir la légende et cliquez dessus pour zoomer.

Avec le matériel dont je dispose et quelque soit le grossissement ou l’ouverture utilisé : 50mm, 100mm ou 300mm le 25 décembre la comète a invariablement la même allure. Ce ne sera que lors de la nuit du 28 au 29 décembre qu’une fine queue sera détectée.

Les croquis sont orientés N au dessus et Est à gauche avec un champ de vision de 1°, ces trois croquis sont réalisés avec le même équipement, une lunette Bresser de 102mm ouvert à f/d 9, avec un oculaire 2 pouces Omégon de 38mm. De gauche à droite, au fur et à mesure de la montée de la comète sur l’horizon on voit le ciel s’obscurcir et la coma grandir. Sur l’image du 20 décembre on aperçoit une étoile légèrement colorée, c’est aussi une double optique, la principale est de classe K. Sur l’image du 28 on aperçoit l’amas globulaire M79 qui semble vraiment petit face à la somptueuse chevelure de Lovejoy.

Le 29 décembre entre 0h30 et 0h55 j’ai enfin pu voir de la couleur et esquisser sa queue qui est si belle dans les photos de mes collègues astro-photographes. Ici le matériel utilisé est un Dobson de 305mm à f/d 5 avec des oculaires 2 pouces de 38mm et 26mm.

Voir Astronomie Magazine de février 2015  Astronomie Magazine 175

Une galaxie test

NGC 891 est une petite galaxie dans la constellation d'Andromède, sa spirale est vue de profil et une bande de poussière peut être détectée.

Je voulais dessiner cette galaxie sans à priori pour pouvoir vérifier l'exactitude de mes relevés. Ceci est très utile lorsque je suis confronté à l'observation en temps réel et non vérifiable d'une comète.
Le télescope de l'OAB est ici aquarellé lorsqu'il était pointé sur la supernova de la Vierge. Voir ci-dessous...

Observatoires et observateurs

VOIR LA SUITE :
Année 2012    Année 2013    Année 2014